Human rights · 4/18/2012

This is a public story
Prev Story Previous Story   |  Story 1 of 3  |   Next Story next Story

Hello! I'm Stanislava Dobreva from Bulgaria. I'm fourteen years old.
I would be pleased to tell you my story which won me a international competition with 12 participating European Union countries, and I became an ambassador of Bulgaria. The competition is French, so my story is in French. Hope you like it!

Droit à la vie
(nouvelle)


Velko marchait lentement dans la rue sombre. Il était fatigué, comme s’il n’avait pas dormi depuis des jours. Il avait maigri, n’était pas en forme. Il entendit des pas derrière lui. Le désir l’envahit de voir qui pourrait passer à cette heure par une rue si déserte, mais il n’avait aucune envie de tourner la tête, ni de faire quelque effort que ce soit. Il se sentait surmené, la douleur dans les muscles l’accablait, il pensait qu’à tout moment il allait s’écrouler.
À l’instant même, il sentit une forte douleur dans le dos. L’inconnu qui marchait derrière lui l’avait frappé. Velko s’effondra par terre, abattu. Son dos brûlait, il se tordait de douleur. Ouvrit les yeux avec peine pour voir l’inconnu. Sa silhouette noire s’éloignait. Velko prit l’air et hurla de son côté :
- Qu’est-ce qui t’a pris?
L’inconnu se retourna et répondit d’un air railleur :
- J’avais envie de le faire.
Velko resta stupéfait :
- C’est la première fois qu’on me frappe sans raison. – dit-il.
- Il y a toujours une première fois.
- Fichtre! Me diras-tu pourquoi l’as-tu fait? – reprit Velko agacé.
- C’est mon droit, non? – répliqua le garçon et disparut dans la nuit.
Velko sentit s’affaisser, et dans un instant perdit conscience.
Il ouvrit les yeux ébloui par le soleil, et la douleur dans les muscles apparut de nouveau. Il avait soif et l’estomac creux. Il se leva lentement et prit le chemin de chez soi.
Quelques minutes plus tard il aperçut le garçon. Il se demandait toujours comment un homme si fort sur le ring n’a pas pu s’en sortir avec ce pauvre vaurien. Il pressentait que le garçon allait le frapper de nouveau, comme il l’avait fait une fois, pourquoi ne l’aurait-il pas répété? Et juste avant de creuser Velko, l’inconnu crispa le poing et l’abattit sur son nez. Le sang jaillit du nez cassé.
- Pourquoi l’as-tu fait?
Le garçon tourna les yeux agacé.
- C’est mon droit, non? – et il continua dans la rue.
Velko n’en comprenait rien. Ce garçon n’avait aucun droit de le frapper! Grognant de douleur et le nez sanglant, il rentra à la maison. Il vida le réfrigérateur des restes de nourriture qui y traînaient depuis la semaine dernière. Prit une douche, avala quelques analgésiques et s’endormit.
Le lendemain il se réveilla à midi. Il était déjà beaucoup mieux pour recommencer son entraînement. Il voulait retrouver la forme.
Une semaine plus tard, après de lourds entraînements, ses muscles avaient retrouvé leur force respectueuse.
Un beau matin il était sorti se promener. Vit son agresseur, debout sur le rocher, un arc en main. Velko regardait le garçon tirer la corde et la relâcher sans succès, neuf fois déjà.
- En bonnes mains, tout arc tire. – prononça-t-il.
Le garçon sursauta et tourna la tête.
- Qu’est-ce que tu veux? - demanda.
- Rien que tu me puisses donner.
- Alors qu’est-ce que tu fais là?
- Ne sois pas grossier. Si tu veux être sage, apprends à écouter, à répondre vite et à ne pas ouvrir la bouche si tu n’as rien à dire.
- Tu me blâmes? Imbécile! Fous le camp! – beugla le garçon, mais peu après, son pied glissa sur le bout de la roche et il resta pendu, accroché d’une main. Le gamin était trop altier pour demander l’aide à Velko. Il regarda en bas et eut peur. Juste avant de lâcher prise, une main forte saisit la sienne. Velko tira le garçon en haut. L’enfant était apeuré, confus devant Velko :
- Pourquoi m’as-tu aidé? – demanda-t-il.
- C’est mon droit, non? – répondit Velko, et s’éloigna en silence.

Vote:

Add a commentAdd a comment